01. Photographiez au format « raw ».

Si votre appareil en offre la possibilité, capturez vos images au format « raw » (brut). Par rapport au classique JPEG (compressé), il s’agit d’un format non compressé qui contient toutes les données enregistrées par le capteur de l’appareil (l’équivalent du négatif en argentique). Ces fichiers pèsent très lourd et il existe plus d’une centaine de types différents. Pensez donc à les convertir ensuite au format DNG (Digital Negative) en utilisant l’outil gratuit Adobe DNG Converter. Plus vous avez des données à traiter, plus flexible sera votre retouche.

02. Investissez dans une tablette graphique.

C’est un outil qui vous garantit une meilleure précision par rapport à une souris conventionnelle. Les mouvements sont plus naturels et sur les modèles professionnels vous bénéficiez de la sensibilité à la pression. La prise en main se fait assez rapidement et une fois que vous y avez pris goût, il est quasiment impossible de s’en passer. Wacom est le leader du marché pour ce genre d’outils et je vous conseille un modèle Intuos Pro si vous retouchez beaucoup.

03. Préparez le terrain.

Avant d’en arriver à Photoshop, vous devriez faire un travail préliminaire dans Camera Raw ou Lightroom qui consiste à traiter l’image brute pour la rendre plus intéressante. Le format « raw » est non seulement non compressé, mais aussi aucun (ou un minimum) traitement informatique n’a été réalisé par l’appareil comme c’est le cas pour les JPEG. Vous pouvez y faire des corrections de couleur et d’exposition, du recadrage et bien d’autres commandes plus complexes. Camera Raw et Lightroom (les 2 sont équivalents) sont des outils très puissants pour de la retouche photo quand on sait s’en servir.

04. Posez-vous les bonnes questions.

Vous tenez quand même à utiliser Photoshop. D’accord! Avant de commencer à retoucher, demandez-vous pourquoi vous le faites. En général la question à se poser est Qu’est-ce que je changerais dans cette photo ? ou toute autre question dans ce genre. Dans bien des cas, un simple recadrage et une correction des couleurs suffisent à rendre une photo visuellement plus intéressante que l’image originale. Pour des montages photo, ça c’est une autre histoire.

05. Zoomez à au moins 100%.

Vous n’avez tout simplement pas le choix. Si vous voulez obtenir un résultat plus précis et professionnel, zoomez encore plus!

06. Travaillez de façon non destructive.

Les calques sont probablement la plus grande révolution de Photoshop. Utilisez-les et appliquez-y vos changements. Pensez aussi à garder ces derniers organisés. Vous aurez la possibilité d’améliorer ou défaire une retouche qui ne vous satisfait plus.

07. Soyez sobre !

Vos retouches doivent être subtiles. Très subtiles. Utilisez l’opacité des calques ou les masques de fusion pour que vos changements s’intégrent naturellement à la photo originale. Votre mission ici est d’éviter qu’on pense d’abord « Photoshop » quand on regarde votre photo. Faites rapidement un avant / après pour vérifier si vous avez exagéré : maintenez la touche Alt (Mac = Option) et cliquez sur votre calque original. Cette fonction masque tous les autres calques. Cliquez une fois encore sur le calque (toujours avec la touche Alt enfoncée) pour réafficher les calques masqués.

08. Arrêtez de retoucher.

J’ai moi-même du mal à suivre ce conseil, mais il est plus que bénéfique de prendre une pause de temps en temps et « regarder ailleurs ». Il arrive souvent qu’on passe plus de temps qu’il n’en faut devant une photo et curieusement tout devient un problème à corriger, ce qui entraîne une retouche exagérée. Prenez une pause, cela vous fera du bien !

09. Apprenez de nouvelles techniques.

À force d’utiliser le logiciel, on finit par développer sa propre routine de travail, ce qui n’est pas mauvais en soi. Cependant, le « problème » avec Photoshop est qu’il existe mille et une façons de faire exactement la même chose. Et certaines techniques donnent des résultats plus adaptés que d’autres. Par exemple une simple recherche google sur comment retoucher la peau dans Photoshop vous présentera un tas de techniques. Essayez-en plusieurs et améliorez votre processus, tout en apprenant à utiliser de nouveaux outils. Pensez aussi aux plugins, ils permettent d’appliquer rapidement de nouveaux effets sans passer par une dizaine de calques.

10. Soyez à jour.

Adobe a récemment lancé un nouveau modèle d’affaires basé sur les abonnements. Pour environ 25$ canadiens par mois, vous avez accès à la plus récente version de Photoshop avec les nouvelles fonctionnalités disponibles au moment même de leur publication. Plusieurs algorithmes de traitement d’image sont améliorés et d’autres rajoutés. Le problème : le coût. Pour bénéficier de ce prix, vous devez vous engager pour au moins un an, autrement il vous en coûterait une cinquantaine de dollars par mois. Ceci dit, selon l’utilisation que vous en faites, ce n’est pas très cher payer pour avoir accès aux plus récents progrès dans le domaine.